PSA produit la nouvelle e-Méhari à Rennes

citroen E-Mehari

L’e-Mehari sera produite dans l’usine de PSA située à Rennes-La Janais. Ce petit cabriolet électrique inspiré du fameux modèle des années 70 sera commercialisé à partir du second trimestre de 2016.

PSA veut remettre au goût du jour un de ses modèles mythiques des années 70. Ainsi, le groupe a dévoilé lundi la version électrique du Mehari. Le constructeur ne souhaite pas produire de gros volumes, mais concevoir un modèle qui accentuera son image de marque.

 

Un modèle emblématique

Conçue en 1968 à Deauville, la Méhari s’était rapidement imposé comme une référence à cause de sa carrosserie faite en plastique ABS et ses couleurs vives. Elle était le symbole de la liberté : vivre libre et sans contrainte. Mais malgré sa renommée, ce modèle historique n’a été produit qu’à 145 000 unités jusqu’en 1987, bien loin d’autres modèles comme la 2 CV.

 

Une collaboration avec Bolloré

Pour cette nouvelle version électrique, Citroën n’a pas encore annoncé d’objectifs commerciaux, ni de prix. Avec une autonomie de 200 km, le cabriolet de 4 places a été conçu avec la collaboration entre Bolloré et PSA. Ainsi, 2 modèles pratiquement identiques seront produits dans les usines de Rennes : la e-Mehari de Citroën et la Bluesummer de Bolloré.

 

Des caractéristiques identiques

Pour les 2 modèles, la voiture aura une vitesse maximale de 110 km/h. La batterie proposée par Bolloré nécessitera entre 8 et 13 heures de recharge quand elle est vide. Aussi, les 2 modèles adopteront une teinte chatoyante, comme à l’époque, avec une capote mobile.

 

Une production limitée

L’e-Mehari se destine à un usage en loisir. Citroën envisage de nouer une collaboration avec les hôtels en vue d’éventuelles locations. D’après le constructeur, la production sera limitée. Mais cela permettra de créer des empois à Rennes.

Pour la section CFDT-Rennes, le fait de construire l’e-Mehari est l’occasion de prouver ses compétences et de devenir leader dans le secteur des voitures électriques. Même si la production est modeste, les salariés seront rassurés de se voir confier cette tâche, affirme le secrétaire de cette section.

 

Une production nécessitant 35 salariés

Les modèles électriques ne détiennent qu’une petite part de marché : 0.59% (2014). Mais cette année, leurs partisans prévoient d’augmenter ce chiffre à 1% via la politique d’incitation de l’État. Pour produire l’e-Mehari, 35 salariés seront nécessaires avec un rythme de production de 5 véhicules/jour.

Laisser un commentaire